PHenomenal Lives

Avec la volonté, tout est possible

Patient d'HTP et cycliste au Cyclo-défi contre le cancer le 12 et 13 juin 2010 par Barry Sullivan, patient atteint d'HTP

28 avril 2010

« Le problème ne semble pas être lié à votre cœur... Je pense que vous êtes dans les premiers stades d'hypertension pulmonaire. » Voici les paroles qui ont été prononcées pour m'informer de ma condition. Au cours des mois et des années qui ont succédé, elle a conquis ma vie, mes pensées et mes croyances quant à ce qui est possible et ce qui ne l'est pas.

Je venais de sortir du bureau du cardiologue qui m'avait été recommandé par mon médecin de famille après que celui-ci a détecté quelques anomalies dans les radiographies de mes poumons et un électrocardiogramme à la suite à d'une longue pneumonie. Je ne souffrais d'aucuns symptômes évidents autres que d'essoufflement passager et j'avais attribué ma prise de poids au cours des années à un effet lié au vieillissement. J'ai appris la nouvelle au sujet de ma maladie en janvier 2005 et j'étais rentrée à la maison en pensant : « L'hypertension, ça ne peut pas être si grave que ça. Je ferai attention à ma consommation de sel, je perdrai un peu de poids, je prendrai mes médicaments et tout ira bien. Faudrait juste que je fasse des recherches sur Internet sur ce truc pulmonaire et... j'étais en état de choc! »

C'est ainsi que j'ai découvert ce qu'était l'hypertension pulmonaire. Initialement, une maladie que j'avais crue inoffensive, mais j'avais très vite appris pouvait être mortelle, avait changé ma vie à partir de ce jour. Enfin, c'est l'impression que j'avais eue. Les mois suivants étaient remplis d'une multitude de tests et de consultations, ce qui a mené à ma rencontre avec Dr John Granton, le médecin superviseur de la clinique d'hypertension pulmonaire de l'Hôpital générale de Toronto.

À partir de cette première visite de Dr Granton, j'ai appris que malgré les difficultés de vivre avec l'HTP, j'ai vraiment de la chance d'être capable de gérer cette maladie avec très peu conséquence sur ma vie quotidienne. Comme nous sommes plusieurs à le savoir, les pressions pulmonaires sont les seuls indicateurs pour détecter une anomalie. Toutefois, le véritable indicateur est la façon dont notre corps, tout particulièrement notre cœur, gère et s'adapte aux changements. À l'heure actuelle, je prends du Revatio et je mène une vie assez normale, certainement beaucoup plus normale que celle de mes autres confrères et consœurs atteints d'HTP.

C'est il y a environ un an que j'ai eu l'idée de participer au Cyclo-défi contre le cancer, une randonnée cycliste de 200 kilomètres qui se tiendra les 12 et 13 juin 2010 entre Toronto et Niagara Falls au profit de l'Hôpital Princess Margaret. J'ai perdu ma mère, ma belle-mère, d'autres membres de la famille et des amis au cancer et ma vie a grandement été touchée par cette maladie. Je ne connais personne dont la vie n'a pas été atteinte de cette maladie terrible.

Pages: 1 2
Faites un don
Impliquez-vous

Inscrivez-vous

Obtenez les dernières nouvelles relatives aux traitements pour l’HTP et à notre communauté en vous abonnant à notre bulletin électronique

ImagineCan_Accreditation_Trustmark_ENGFR_WHT-FNL_white.png